Expositions

Outre ses contributions à diverses expositions coloniales et internationales Raymond Virac a exposé souvent ; voici une liste des expositions dont nous avons pu retrouver la trace dans la presse de l’époque :

  • 1919 Participation à l’Exposition organisée par le Comité National d’Éducation Physique et Sportive sur le thème de la victoire.

  • 1920 Exposition Annuelle des Beaux Arts, au Grand Palais des Champs Elysées sur le thème de l’art féminin. Il expose entre autre un trumeau intitulé
    « Toilette de Vénus ».

  • 1922 (août) : Exposition à Biarritz. « Paysages  du Pays Basque » à La Chaumière.

  expo01     expo02

  • 1922 (avril) : Exposition de Marines et d’Études du Pays Basque, Galerie Imberti, Cours de l’Intendance à Bordeaux.

  • de 1923 à 1927 : Expositions annuelles au Grand Casino de Saint Jean de Luz avec le groupe des « Neuf » : Arrue, Bergès, Choquet, Colin, Godbarge, Labrousse, Masson, Ribera, Virac, tous peintres luziens.

    C
    es artistes renouvellent leurs toiles au fur et à mesure des ventes.

    Événement vu par la presse :

    « Opinion unanime : Expositions picturales particulières, très sélectionnées et d’une excellente tenue. » La Gazette, juillet 1923

    «  Au Grand Casino de Saint Jean de Luz vient de s’ouvrir une exposition artistique particulièrement intéressante, celle des peintres luziens. La quantité est restreinte, répartie dans peu d’espace mais la qualité existe réellement. Vues de mer ou de montagne, profils de La Rhune, coins de Ciboure, villages, jardins, animaux sont vrais et bien traités. Les auteurs méritent d’en être étudiés car, tous épris du même amour pour leur beau Pays Basque, ils savent tous l’évoquer, chacun avec sa griffe particulière, avec sa sensibilité, avec son esthétique personnelle. » L’Echo de la Côte Basque, juillet 1923

  • 1923 (mai) : Exposition des Beaux Arts au Salon des Artistes Tourangeaux. Raymond Virac y présente entre autres des toiles telle « l’Eglise de Saint Julien », «  La baie de Socoa » et des portraits au fusain comme «  Portrait de Madame B. ». On pouvait aussi  découvrir un panneau décoratif intitulé « La danse sous l’arbre » et un trumeau de coiffeuse «  La toilette de Psyché ».

  • 1926 : Exposition d’Art Moderne Régional au Musée Basque de Bayonne : « Georges Masson et Raymond Virac » avec entre autres « Fontarabie », « Le parvis de Ciboure », « Attelage au Pays Basque », « La procession » et « Jardins du Generalife ».

Grenade_Virac
Jardins du Generalife
Grenade
Raymond Virac (c)

    • 1930 : Exposition à l’Office Privé des Colonies Françaises avec notamment « Figures Tonkinoises » et « Portrait de jeune fille Thô ».

    • 1930 : Exposition à l’Office National de l’Indochine.
      On y expose des travaux exécutés par les artistes titulaires du Prix d’Indochine, au siège du Gouvernement Général d’Indochine.
      C’est là que Raymond Virac exposera ce qu’on appelait alors des études de types indigènes ; à ses côtés exposaient également Ferdinand Olivier 1er prix d’Indochine en 1910, Charles Fouqueray prix 1914, Antoine Ponchin 1922, Jean Bouchard 1924 et Henri Dabadie 1928, Raymond Virac ayant lui reçu ce prix en 1927.
      À noter que c’est la première exposition itinérante que l’on pourra voir par la suite dans plusieurs grandes villes de la métropole.

    Sources : article du journal « Le Temps » page 4, 6/12/1930